– What Is All This For? –

 

Our bodies, our ideals and the world,

To what end?

Why, this torment of mankind?

To what end, so much genius,

So much effort and strife?

 

So that some grad student

Leafing through her meager notes

Gathered robotically by diligent Grays

From planets long since passed away,

Ransacked before they puffed out into sterility

Like poisoned dandelions –

 

While she juggles her student’s pittance

And the vagaries of campus politics,

And whether He noticed her that afternoon,

And what she will nibble for her solitary supper –

 

So that she could note, in passing,

“Those apes from Planet Dirt—

They weren’t so dumb after all…

Rather gallant toward the end.”

 

While she proofs

The footnotes of her thesis –

As the rain tap taps at her darkened window –

Trivial, she must admit, but almost finished,

On the bio-succession of pond scum.

 

Our bodies, our ideals and our world, please note.

Our immaculate souls belong nearer to God,

More fittingly,

Just like hers, just like that of Grays…

They look for it as despairingly as we.

 

 

- Ça sert à quoi, tout ça ? -

 

Nos corps, nos idéaux et le monde :

C’est pour parvenir à quoi?

Pourquoi, ce tourment humain ?

A quelle fin, tant de génie,

Tant d’effort et de lutte ?

 

Pour qu’une stagiaire d’agrégation

Feuilletant ses maigres notes

Recueillies machinalement par des Gris diligents,

De planètes depuis longtemps disparues,

Saccagées avant d’avoir bouffi en stérilité

Comme des pissenlits empoisonnés –

 

Tandis qu’elle jongle son pourboire d’étudiant

Et les caprices de politiques scolaires

Et si Lui l’avait remarquée cet après midi

Et ce qu’elle grignotera pour son souper solitaire –

 

Pour qu’elle puisse noter, en passant,

« Ces simiens de la planète Fange—

Ils n’étaient pas si sots, après tout…

Plutôt braves vers la fin. »

 

Tandis qu’elle révise

Les notes en bas de page de sa thèse –

Alors que la pluie fait tape, tape à sa vitre assombrie –

Triviale, ce qu’elle doit admettre, mais presque achevée,

Sur la succession bio d’écumes d’étang.

 

Note bien : nos corps, nos idéaux et notre monde.

Nos âmes immaculées appartiennent plus proches de Dieu,

A juste titre,

Tout comme la sienne, comme celle des Gris…

Ils le cherchent aussi désespérément que nous.

 

 

NEXT/ENSUITE       POEMS/POÈMES