- Global Atlantis -

 

I wander this world unheeding.

Harking back to phantom auroras

Of ancient inland glaciers, or the specter

Of continental, ice-melt tsunamis,

Rising a mile-high in the sky.

 

I wander dry-shod the sub sea talus of Atlantis.

Back when the world was of milk and honey,

Bathed in a creamy stratosphere of ice fog,

Blood-warmed from below by steady conveyor belts

Of many Gulf Streams.

 

Gaze up at the heavens.

The stars are fixed in their course, only slightly distorted.

The older sky was aglow with the shift and flow

Of ice prisms and auroras: digital videos

Instead of our analog stills in black and white.

 

The Sun and the Moon were fairer to behold,

Incandescent, kaleidoscopic, mirror-twinned at times,

Caught in the prism-shift of ice crystal skies

Drifting on several jet streams.

Day-lit glaciers cast their glow

Beyond the horizon of the night.

 

Laser-shows projected on the Moon

Pleased the eye.

The sun bathed all in a soothing purity of colors,

Never the same for very long, its light

Flared briefly or for the length of the year.

 

The air was as clear as good crystal.

Sometimes misty, chill, and still,

Between bracing breezes of clearing dryness.

Temperatures were steady along those shores,

Tropical during the day and refreshingly cool by night.

 

Birds kited over virgin woods and shores,

The sky was full of them and their birdsong in flight

That mirrored the silver flash of fish schools

That frothed coastal shores, and a luxury of fruiting trees

In shades of green as far as the eye could see.

 

But hold on, don’t you hear it? Something’s wrong!

The birds explode into the air.

Dogs howl. This solid ground – long-stabilized

By massive inland ice fields –

Begins to moan, shake and quiver.

 

A dozen Lake Superiors thunder down,

Torrents of water crested with glaciers.

One of dozens, perhaps hundreds of

Frigid lakes a mile deep or more,

Once tucked in among mid-continental ridges.

 

Every time ice dams melt and give way,

A wall of water hurtles toward the sea;

It floods intervening mountain passes,

Throws itself over watersheds and valleys,

The way good cavalry would cover rough ground,

It howls and looms relentlessly for the ocean.

 

This more and more often.

Every few thousand years –

More or less often – this ice melt would toboggan

Down from the heights, cresting the narrow tundra,

To the continental shelf and then out to sea.

 

Score each continent into quadrants.

Set a teardrop to roll down from one of them.

Raise the sea level by another three hundred feet

Since the last ice age.

 

Subdivide those continents

By drawing lines across the length and breadth

Of their mountain ranges and watersheds.

These intersections could have shed such ice tears.

 

Enough ice melted from those inland heights,

To top off the ocean by three hundred feet.

And flood marine shelves that had long been dry

Up to current sea levels in incremental waves.

 

She’ll be coming down the mountain when she comes…

Miles high? Hundreds of yards?

Does it matter? Down the bed of mighty streams

And down their mountain valleys,

Looming higher from their squeeze.

 

Its shifting mass triggers volcanoes along its path,

Unlocks earthquakes along shaken fault lines.

Blast waves of crushed air

Scythe down whole forests

Dozens of miles from its path.

 

Howling down valleys, drowning plains,

A thousand Aswan Dams burst at once,

Churning with icebergs, massive trees, crashing boulders,

Of lava flowing pyroclastic and the bass howl of thunder.

Nothing escapes anywhere near its midstream.

 

This wall of water is hundreds of yards high,

Crowned with pyroclastic cloudbursts.

Global tectonics awaken from their frigid slumber,

The Earth rocks and rolls and rings like a bell.

Steam-screaming lava, rock scoured by the megaton.

 

This icy tear rolls down into the ocean,

Would it really matter from where?

Once it reached the coastline, it would have spread out laterally

Once-friendly shores would be combed by tsunamis,

Then unstoppably to facing shores.

 

Sometimes one continent would bake alone,

Most of its ice shed in one fell burst (in Africa?).

Others (in Asia?)

Would have shed theirs at random:

Each newly shed tear at some solar frequency?

 

These catastrophes would have taken place, most often,

Across the ice sheet that coated the downslope

That would have absorbed it

And melted afterwards, withdrawing or advancing

Leaving no trace of their passing.

 

Until our seas had been topped off;

The older history had come to an end and ours had begun.

So much water flung down so quickly

From frozen summits to tropical seas,

Would have crashed the planetary climate.

 

Forty days of rain?

Not once

But much more often.

Not in one region alone,

But along all the ancient coastlines.

 

Before then, when those abyssal plains were dry,

(Since thick glaciers were perched high up in the clouds),

What refined cities adorned those lowland shores?

Cosmopolitan, ecosensitive,

Obsessed with freedom and equality?

 

What could those cities have looked like

Before they were drowned and scoured away,

And their inhabitants had long since been forgotten?

What did they sing about, lovingly?

That which follows or perhaps something better?

 

Their villages tidy, their beacon-bright cities,

Homeports of a nautical world civilization.

With all the perfections of artistry,

The tradecraft of subtle wisdom,

And the music of children’s laughter far and wide.

 

Cities were set like jewels on the ribbon of rivers,

And parish networks of baroque craft and seasonal fruit,

Set downstream of the mouths

Of the Ganges/Mekong, of the Mississippi/Orinoco?

And of lesser streams yet mighty.

 

These continents were closer-spaced,

Athwart seas one could almost walk across,

So bountiful was their fishing. Great barrier reefs

Along coastlines incandescent with sea life.

Mile-long rafts of tangy, tasty seaweed.

 

Milder seas in good season and smaller,

With mini-monsoons handy for navigation.

Islands where our shallows are, mountains instead of islands.

They sheltered ships from storms more dramatic than dangerous,

Their strong currents and heavy winds more balanced.

 

People clustered in distant colonies:

Blacks mostly around Africa,

Golden people along Asian coasts,

And so on, but casting mixed colonies

Along more distant shores.

 

Four times our coastline in places,

Twice our flats to cultivate.

Much of it perfect bottom land

Fattened with the promise of fertility

Flaunting the occasional scenic ridgeline.

 

Many more smiling harbors

Backed by black alluvial bottom-land

Begging for the plow.

Mighty forests of exquisite trees

Teak by the acre, rosewood by the mile.

 

Biodiversities of Amazonian prodigality.

Ten times, a thousand times more biomass than ours?

Entire ecologies about which we know nothing,

Drowned, buried and forgotten: absolutely alien

Compared to the lands we’ve dug up more recently.

 

Sealed for ballast: barrels of fruit, nuts and berries;

Wild game beyond a huntsman’s dreams.

Wilderness untouched at most landings.

Only the pick of Feng Chui spots

Picked as nurseries for a new city.

 

Up dozens of rivers as noble as the Nile,

That may never have witnessed a man before,

Up to rapids cascading from chill-dusted hills.

An ancient city would be set at the foot of these rapids,

And another at the river’s mouth, a beacon city.

 

Most of those seaward cities cocooned

In a net of fishing villages.

Set apart by a day’s sailing along empty shorelines.

Self-sufficient centers of artistry and learning,

Proud of their shared peace and global culture.

 

New ships were welcome, their crews well received

The mayor would declare a daylong festival

To celebrate their arrival and share news from across the world.

To trade spices and perfumes from afar,

Treasures and cunning craftwork.

 

Their wisdom carefully memorized

And recited as sacred poetry:

Drama, history, myths and stories, old and new.

Their writings were restricted to accounting:

Inventories, calendars and such?

 

Peaceful and wealthy on the whole,

Revering the Goddess of generosity and disaster.

Perhaps more populous than our seven billion,

Blessed with golden-age wisdom

That should be ours.

 

This golden age of wisdom

Sunk deep within us, admit it.

This gut-deep wisdom

From which we’ve strayed,

Just as drowned out as that past life.

 

Imagine those citizens stepping out one evening,

Out from their humble opulence and security,

Their door unlocked, as usual,

During the next, perfect twilight,

As that dreadful night got underway.

 

Look out! A wave looms a mile high!

It’s not coming from the sea, but from inland!

It flattens the crested ridgeline of the horizon,

It’s too gigantic to register,

No mind can fully grasp it.

 

Forget the cities upstream; it floods the beacon ones.

Then raise the ocean by 300 feet for good measure.

Only a few survivors claw for the hills.

It submerges small islands and wetlands first,

Turns beacon islands into shallows.

 

Set back your habitations into the foothills,

Then tuck them further up into the mountains.

Evacuate beacon cites to higher ground,

Abandon precious fields and pastures. Watch

As the forest fringe dies out in a footprint of salt.

 

Imagine that they foresaw their fate.

That bold explorers had combed mountain glaciers,

Surveyed their extent, made their calculations,

Published mournfully, pulling on their beard,

When their sums totaled up to doom.

 

This wall of water – too mighty to be –

Once it had passed and erased everything,

The collective superconscience, desperate to heal itself,

Would have forgotten it, reduced it back down

To a tolerable scale.

 

Into the tale of an old sot called Noah,

Chosen by God; or of Gilgamesh swept away.

Of an arc of refuge or a fleet of ancient heroes,

Of warnings heeded by a few but ignored by the rest.

Of torrential nights during which everyone drowned.

 

This flood must have come from somewhere;

Why not from endless rains?

Perhaps from the bowels of the Earth

Now said to hold another dozen Atlantics

Sealed in incandescent rock.

Superheated steam pumped from orgasmic volcanoes,

And injected into the troposphere to cool off

And rain and rain and rain?

 

 

We perch on the highlands of this world.

Our continental shelves have been flooded.

What little we can see must be; what we can’t, mustn’t.

High up here where the air is a bit thinner,

And the world, a lot less green,

Less oxygen than we were meant to dream on.

 

A rise in the level of the sea by three hundred feet or higher,

That would have blocked commerce to the highlands.

They would have been cut off, in terms of easy transport,

From the lowlands’ continental shelves

With their dozens of Niles.

 

The sea’s abundance and that of the plains below,

Would have stayed locked along old coasts and river lines.

Upland, only rare shepherds and mountain men.

Urban plenty or a solitary wilderness, take your pick,

Just as copious on the plains and easier to survive.

 

Jericho’s salt and Catal-Huyuk’s obsidian,

Mere trading goods for upland trappers?

Isolated, ice-dusted, windswept spots,

Abandoned by all but ignorant fanatics.

Most of the others would have preferred lowland splendor.

 

Could there have been shelters from ecological disaster?

Backed by mountain ramparts,

High up enough to shrug off the actual flood,

Nestled in valleys once snug but dreadful now,

Where survivors emerged ruined but alive?

 

Braudel spoke of such upland shelters

For farming civilizations of the Mediterranean,

At least 900 feet above sea level.

Others spoke of the source of the Vedas

ln the foothills of the Himalayas.

 

And of Yugas and Ages and Epochs

Long gone and swept under. Of noble descendants

Who bore Veda chalices to these shelters,

Their wisdom carefully memorized.

Could these lamps of wisdom have cast a guttering light

Into the next darkness, ours?

 

And we, silly fools,

Who consider ourselves unique?

But for a few flint-chipping outcasts in the highlands,

Since time immemorial?

When far subtler sages

Could rest beneath the waves?

 

We’d find their cities a full fifty fathom deep,

Buried under an avalanche of silt;

Not by digging up foundation walls

Of cement or rammed earth or native rock,

But for ton-hoards

Of gold, green bronze, red iron and silver.

 

Enough metal to make our counters rattle;

Whereas their walls, canals, aqueducts and roadways

Would lie buried under yards of silt

And many more of clay,

Not to mention the wine-dark sea.

What else could these ruins reveal to us?

 

Enough energy to shift continents?

Recapped during former ice ages.

Drain the oceans a little bit more,

Grow the ice a little thicker.

Might these floods have split Pangaea

Into its daughter continents?

 

Is that the fate that awaits us?

A last tear-drop cast from Greenland pinnacles

Or grim crevasses in the Antarctic?

Triggered by the next comet or asteroid strike,

Swinging sunward to sweep us away?

Else the simple stupidity of global warming?

 

The rattle and clatter of tectonic plates

And their melting glassware.

The way a tired scullion might finish

Stacking plates after a long, tough work night?

Pulled apart, heaped up and jammed together

Like the cracklings of house paint or mud tiles

In the dried puddles of New Orleans?

 

Enough turbulence to erase a civilization,

Drown it for good and wash it out to sea;

To make us forget an alien but very human world.

 

 

Recall the shepherd’s lament,

Of delirious victims raving

About a golden age long gone,

Of Atlantis cities in rings.

 

- Atlantide globale -

 

Je rôde ce monde insensible.

Me souvenant d’aurores fantômes

D’anciens glaciers intérieurs ou du spectre

De tsunamis de fonte de glace continentaux,

Culminant des kilomètres dans les cieux.

 

Je rode à pied sec le talus sous-marin d’Atlantide.

Quand ce monde fut celui de miel et de lait,

Imprégné d’une stratosphère de brouille lactée de glace,

Chauffé au sang d’en bas par des roulants persévérants

De nombreux courants Gulf Stream.

 

Soulève ton regard aux cieux.

Les étoiles se figent sur leur parcours, qu’un peu difformes.

L’ancien ciel rayonnait du déplacement et flux

D’aurores et de prismes de glace : des vidéos numériques

Au lieu de nos clichés analogues en noir et blanc.

 

La lune et le soleil furent plus beaux à contempler,

Incandescents, kaléidoscopiques, des fois jumelés en miroir,

Figés dans l’éclat prismatique de cieux de glace cristalline

Voguant sur quelques jet streams.

Iiques en noir et blanc.marine coastal plateaus dried out in the process.coIIlluminés de jour, des glaciers projetaient leur luminescence

Au-delà de l’horizon de la nuit.

 

Des spectacles laser projetés sur la Lune,

Ils plaisaient aux yeux.

Le soleil baignait l’ensemble d’une pureté apaisante de couleurs,

Jamais similaires pour longtemps, sa luminance

Éclatait brièvement ou le long de l’année.

L’air retenait la clarté du bon cristal.

Parfois fraîche, brumeuse et calme

Entre des brizes toniques de sécheresse dispersante.

Les températures furent constantes sur ces rives,

Tropicales de jour et rafraîchissantes de nuit.

 

Les oiseaux survolaient des forêts vierges et ses rives,

Le ciel était chargé d’eux et de leur chant en vol

Qui reflétaient l’éclat argenté de bancs de poissons

Écumant sur les côtes, et un luxe de fruitiers

En tons de vert à perte de vu.

 

Mais attends, n’entends-tu pas ça ? Ça ne cloche pas !

Des oiseaux explosent dans l’air.

Les chiens hurlent. Cette terre solide – stabilisée depuis longtemps

Par des champs de glace intérieurs –

Se met à geindre, fléchir et frémir.

 

Une dizaine de Laques Supérieures tonnent en bas,

Des torrents d'eau couronnés de glaciers.

L’une de dizaines, peut-être de centaines,

De lacs frigides d’un kilomètre ou plus de profondeur,

Repliées autrefois entre des crêtes continentales.

 

Chaque fois que des barrages de glace se dégèlent et croulent,

Un mur d'eau se dévale vers la mer ;

Il inonde des passes de montagne interposées,

Se jette par-dessus des partages et vallées,

Comme de la bonne cavalerie franchirait un parcours difficile,

Il hurle et surgit imparable vers l'océan.

 

Ceci de plus en plus souvent.

Tous les quelques milliers d’années –

Plus ou moins – cette fonte de glace ferait toboggan

Des hauteurs, déferlant sur l’étroitesse de la toundra,

Jusqu’au talus continental puis au large dans la mer.

 

Quadrille chaque continent.

Pose une gouttelette d’eau pour y dérouler d’en haut.

Lève le niveau de la mer par une autre centaine de mètres

Depuis la dernière époque glaciaire.

 

Subdivise ces continents

En traçant des traits le long et large

De leurs épines dorsales et lignes de partage.

Ces intersections ont pu lâcher de telles larmes de glace.

 

Assez de glace fondue depuis ces cimes intérieures,

Pour emplir l’océan d’une centaine de mètres.

Et noyer des plateaux marins à sec depuis longtemps

Jusqu'aux niveaux contemporains, en vagues supplétives.

 

Elle dévalera de la montagne à son approche…

Des kilomètres de haut ? Des centaines de mètres ?

Cela importe ? Le long du lit d’affluents puissants

Et de leurs vallées montagneuses,

Encore plus culminante dans leur étreinte.

 

Sa masse en déplacement déclenche des volcans sur son chemin ;

Débloque des tremblements de terre sur des failles secouées.

Des ondes de choc du souffle écrasé

Fauchent des forêts entières

Des dizaines de kilomètres de son trajet.

 

Hurlant en bas de vallées, noyant des plaines,

Mille barrages Assouan éclatent à la fois,

Pullulant d’icebergs, d’arbres massifs, de roches percutantes,

De lave coulant pyroclastique et des clameurs basses du tonnerre.

Rien n’échappe dans les parages de ce courrant.

 

Ce mur d'eau a des centaines de mètres de hauteur,

Couronné d’averses pyroclastiques.

Le tectonisme global s’éveille de sa somme congelée,

La terre rock and roll et sonne comme une cloche,

De la lave hurlant à vapeur, de l’affouillement de roches au mégatonne.

 

Cette larme glacée roule jusqu’à l'océan,

Qu'importerait-il d’où ?

Une fois qu’elle touche la côte, elle s’étend latéralement,

Sur des littoraux autrefois accueillants peignés de tsunamis,

Et puis de façon imparable aux rives latérales.

 

Parfois, un continent cuirait tout seul,

Sa masse de glace déversée en éclat (en Afrique ?).

D'autres (en Asie ?)

Aurait versé les leurs au hasard :

Chaque nouveau versement à une certaine fréquence solaire ?

 

Ces catastrophes auraient eu lieu le plus souvent

Sur une calotte de glace recouvrant la terre en aval

Qui l’aurait absorbé

Et fondue par la suite, se retirant ou avançant

Ne laissant aucune trace de leur passage.

 

Jusqu'à ce que nos mers ne se soient remplies ;

L’ancienne histoire terminée et la nôtre débutée.

Tant d'eau projetée si rapidement

De sommets congelés jusqu’aux mers tropicales

S’aurait brisé le climat planétaire.

 

Quarante jours de pluie ?

Non pas une fois

Mais beaucoup plus souvent.

Non en une région unique,

Mais sur tous les anciens littoraux.

 

Auparavant, quand ces plaines abyssales furent à sec,

(Puisque d’épais glaciers se nichaient dans les nuages)

Quelles villes raffinées ornaient les rives de basses terres ?

Cosmopolites, ècosensibles,

Obsédées de liberté et d’égalité ?

 

A quoi auraient-elles ressemblé, ces villes,

Avant d’être noyées et récurées à rien,

Et leurs habitants oubliés depuis longtemps ?

De quoi chantaient-elles, amoureuses ?

De ce qui suit peut-être, voire mieux ?

 

Leurs villages bien rangés, leurs villes illuminées de balise :

Les ports d’origine d’une civilisation maritime et globale.

Toutes les perfections de l’artisanat,

Le commerce d’une sagesse subtile

Et la musique de rires d’enfants partout.

 

Des villes enchâssées comme des bijoux sur le ruban de fleuves,

Et des réseaux paroissiaux aux métiers baroques et fruits saisoniers,

Enchâssées en aval des bouches

Du Ganges/Mékong ? Du Mississippi/Orénoque ?

Et de voies moindres quoique puissantes.

 

Ces continents étaient plus rapprochés,

Séparés par des mers franchissables quasiment à pied,

Telle fut l’abondance de leurs pêches. Des grands récifs de barrière

Le long de côtes incandescentes de fruits de mer.

Des radeaux d’algues de saveur piquante au kilomètre carré.

 

Des mers plus calmes en bonne saison, et plus menues,

Avec des mini moussons fiables à naviguer.

Des îles là où gisent nos bas profonds, des montagnes pour nos îles.

Elles abritèrent des navires de tempêtes plus dramatiques que périlleuses,

Leurs grandes marées et gros souffles mieux équilibrés.

 

Des gens se groupaient en colonies lointaines :

Des noires pour la plupart autour de l'Afrique,

Des gens dorées sur les côtes asiatiques,

Et ainsi de suite, mais lançant des colonies mixtes

Sur des rives lointaines.

 

Quatre fois notre littoral ci et là,

Deux fois nos zones plates à cultiver.

Pour la plupart, du parfait terroir bas,

Grossie par la promesse de fertilité

Exhibant une faite pittoresque à l’occasion.

 

Beaucoup plus de ports souriants

Endossés d’un terroir noir et gras,

Suppliant du labourage.

De massives forêts d'arbres exquis

Du teck par hectare, du bois de rose au kilomètre.

 

Des biodiversités de prodigalité amazonienne.

Dix fois, mille fois plus de biomasse que le nôtre ?

Des écologies entières dont nous ne sachons rien,

Noyées, ensevelies et oubliées : les étrangères absolues

Comparés aux terres récemment fouillées.

 

Scellés pour du lest : des barils de fruits, de noix et de baies ;

De l’affût au-delà des rêves du chasseur.

Du terrain vierge à la plupart des amerrissages.

Seulement le tri des lieux Feng Chui

Choisi comme crèches d’une nouvelle ville.

 

En amont de douzaines de fleuves aussi nobles que le Nil,

Qui n’ont pas nécessairement témoigné de l'homme auparavant,

Jusqu'aux rapides en cascade de cols d’un froid poudreux.

Une ancienne ville serait posée au pied de ces rapides,

Et une autre à la bouche riveraine : une ville de balise.

 

La plupart de ces villes maritimes furent emmaillotées

Dans un filet de villages de pêche.

Séparées d’un jour de trajet à voile le long de littoraux inoccupés.

Des centres autarciques d'artisanat et d'apprentissage,

Fiers de leur partage de paix et de culture globale.

 

Des nouvelles barques bienvenues ; leurs équipages bien reçus.

Le maire aurait déclaré une journée de fête,

Pour célébrer leur arrivé et partager des nouvelles depuis le fond du monde.

Pour commercer des épices et des parfums de loin,

De la trésorerie et des maîtrises adroites.

 

Leur sagesse soigneusement mémorisée

Et récitée comme de la poésie sacrée :

Des drames, des histoires, des mythes et des contes, vieux et inédits.

Leurs écrits furent limités à la comptabilité :

Des inventaires, des calendriers et tels ?

 

Le tout en paix et en abondance relative,

Vénérant la déesse de la générosité et du désastre.

Peut-être encore plus nombreux que nos sept milliards,

Bénis d’une sagesse d’âge d'or

Qui devrait nous appartenir.

 

Cet âge d’or de sagesse,

Enfouie au fond de nous, admets ça.

Cette sagesse du fond de nos boyaux

Dont nous nous sommes égarés,

Aussi bien noyée que cette vie antérieure.

 

 

Imagine ces citoyens sortant le soir,

En dehors de leur humble opulence et sécurité,

Leur porte décadenassée comme d’habitude,

Lors du prochain crépuscule parfait,

Au préalable de cette nuit effarante.

 

Attention ! La vague surgit, d’un kilomètre de hauteur !

Elle ne vient pas de la mer, mais de l'intérieur !

Elle nivèle l’aspérité de l’horizon,

Elle est trop gigantesque pour être comprise,

Aucun esprit ne peut entièrement la saisir.

 

Oubli les villes en amont, elle inonde celles de balise.

Et puis remplit l’océan d’encore cent mètres pour bonne mesure.

Seulement quelques survivants rampent jusqu’aux collines.

Elle commence par submerger des îlots et des marécages maritimes,

Puis transforme des îles de balise en bas-fonds.

 

Retire tes habitations dans les collines,

Puis encore plus en amont dans les montagnes.

Evacue les villes de balise dans des cols élevés,

Abandonne de précieux champs et prés. Constate

Les franges forestières dépérir dans l’empreinte du sel.

 

Imagine qu’ils aient compris leur destin.

Que des explorateurs hardis aient fourmillé des glaciers montagneux,

Surveillé leur étendu, fait leurs calculs,

Publié mornes, se tirant la barbe,

Quand leur arithmétique somma la ruine.

 

Ce mur d'eau – trop puissant pour être –

Une fois qu’il aurait passé et tout effacé,

La superconscience collective, en désespoir de se rétablir,

L'aurait oublié, amoindri à quelque chose de moins,

A une échelle admissible.

 

Dans l’histoire d’un vieux picoleur du nom de Noah,

L’élu de Dieu ; sinon Gilgamesh balayée au loin ;

D'un arc de refuge, voire d’une flotte d’anciens héros ;

D’avertissements observés par des rares mais ignorés par les restants.

De nuits torrentielles lors desquelles tous se sont noyés.

 

Ce déluge dût provenir de quelque part ;

Pourquoi pas de pluies sans fin ?

Peut-être des boyaux de la terre

Dites récemment avoir enrobé encore une dizaine d’Atlantiques

Scellée dans de la roche incandescente.

De la vapeur surchauffée pompée de volcans orgasmiques,

Et injectée dans la troposphère pour y refroidir

Et pleuvoir, pleuvoir, pleuvoir ?

 

 

Nous perchons sur les hauts lieux de ce monde.

Nos talus continentaux ont été inondés.

Le peu que nous puissions percevoir doit exister ; le restant, jamais.

Ici sur les hauteurs où l'air est un peu moins dense,

Et notre monde, beaucoup moins vert :

Moins d'oxygène que ce dont nous étions supposés rêver.

 

Une hausse de cent mètres dans le niveau de la mer, voire davantage,

Cela aurait bloqué le commerce aux hautes terres.

Elles auraient été isolées, quant au transport facile,

Des talus continentaux en contrebas

Munis de leurs dizaines de fleuves Nil.

 

L'abondance de la mer et des plaines en contrebas,

Aurait resté écrouée sur les rives d’anciens fleuves et côtes.

En amont, que le rare berger et chasseur alpin.

L’abondance urbaine ou l’étendu sauvage, prends ton choix

Egalement copieux sur les plaines et plus facile à survivre.

 

Le sel de Jéricho et l’obsidienne de Catal Huyuk :

Des simples marchandises pour des trappeurs montagnards ?

Des lieux isolés, poudreux de glace, balayés de vents froids,

Abandonnés de tous à part quelques fanatiques ignorants.

La majorité auraient préféré la splendeur en contrebas.

 

Y eut-il des refuges du désastre écologique ?

Endossées par des remparts alpins,

Assez hauts pour dédaigner le déluge,

Nichés dans des vallées commodes mais affreuses à présent,

D’où émergèrent des survivants ruinés mais en vie ?

 

Braudel a parlé d’asiles élevés

Pour des civilisations agricoles de la Méditerranée,

Au moins trois cents mètres par-dessus le niveau de la mer.

D’autres ont parlé de la source des Védas

Aux amonts des Himalaya.

 

Et des Youga et d’ères et d’époques

Depuis longtemps disparus et noyés. De nobles descendants

Qui arborèrent des calices de Veda aux abris semblables,

Leur sagesse soigneusement mémorisée.

Ces lampes de sagesse ont-elles projeté de la luminance crachotante

Dans la prochaine obscurité, la nôtre ?

 

Et nous, fourbes obtus

Qui nous prétendons uniques ?

A part quelques montagnards bannis, ébréchant du silex,

Depuis une durée immémoriale ?

Quand des sages beaucoup plus subtils

Ont pu reposer sous les vagues ?

 

On trouverait leurs villes sous cinquante bonnes brasses,

Enfouies sous des avalanches de vase ;

Non en fouillant pour des murs de fondation

De ciment, de pisé ou de roche indigène,

Mais pour des amas à la tonne,

D'or, de vert de bronze, de fer rougi et d’argent.

 

Assez de métal pour faire cliqueter nos compteurs,

Alors que leurs murs, canaux, aqueducs et chaussées

Seraient enfouis sous des mètres de vase

Et encore plus d'argile,

Sans parler de la mer sombre comme du vin.

De quoi d’autre ces ruines pourraient-elles nous révéler ?

 

Assez d’énergie pour décaler des continents ?

Récapitulé lors d’époques glaciaires antécédentes.

Puiser les océans d’un peu moins de profondeur,

Accroître un peu plus d’épaisseur dans la glace.

Ces déluges auraient-ils pu fragmenter la Pangée

Dans ses continents filiaux ?

 

Est-ce le sort qui nous attend ?

Une dernière larme écoulée des pics du Groenland 

Ou de sombres crevasses Antarctiques?

Sa détente, la frappe avenante d’une comète ou astroïde

En méandre vers le soleil afin de nous balayer ?

Sinon la simple stupidité de notre réchauffement global ?

 

Le tintamarre et cliquetis de plaques tectoniques

Et de leur verrerie en fonte.

Ainsi qu’un plongeur exténué pourrait achever

Son tassement d’assiettes après une longue nuit ardue ?

Échancrés, empilés et tassés ensemble,

Comme la craquelure de bouts de peinture ou de tuiles boueuses

Des mares desséchées de la Nouvelle Orléans ?

 

Assez de turbulence pour raturer une civilisation,

La noyer pour de bon et la délaver en mer ;

Pour nous faire oublier un monde bizarre mais fort humain.

 

Se rappeler la plainte du berger :

Des divagations de victimes délirantes

D'un âge d'or depuis longtemps disparu,

De villes Atlantides en anneaux.

 

 

NEXT/ENSUITE       POEMS/POÈMES