Climb

 

Climb rock ledges ahowl with snow,

Crowned by the glacier ghost of auroras,

Or by the phantoms of inland melt tsunami,

That dance miles high in the sky.

 

Find a handhold here, a foothold there,

Hammer word pitons into crystalline ice

Reflecting beloved faces and places,

And revealing the void that gapes below.

 

Look out for your next handhold!

Up/down these verses, chapters, lines.

Steer clear of that obstacle. Head that away,

To the next one, more or less safe.

 

Stop in front of that one.

Dig through its worst accretion.

Take a break in that dig

And what ease you could find there.

 

But this tunneling is hard work,

Even if it holds out the wind’s chill howl

Of dead ages lengthier than life.

This tunnel shields us from it, but it’s hard work.

 

Climb these flimsy stanzas of rhyme,

Delete defects, append corrections,

Hammer the “Save” key,

And grope for the next word handhold.

 

DNA’s masterwork is a fragile clay pot.

Your totem snake endures God’s bird-pecks,

Faces His slings and arrows and laughs at them.

Your happiness depends on its enjoyment.

 

We’ve sipped the sinuous pot liquor

Of quick silver flashing across space-time,

Along the fault lines of creation’s hammer blows.

This quantum chaos is our whiskey on the rocks.

 

In a peace devoid of frequency,

In the harmony of its polyphony,

Equally restful, blissful and restorative,

Even more deadly.

 

The diamond dust of souls dances across

Circuit boards of flesh, chlorophyll, water and stone

That toss and turn as they live and die,

While the life force trucks on untouched,

Neither created nor destroyed.

 

But climb, shit!

Loop this rope around that carabineer, there!

Grab hold of that line, pull hard, and up you go!

Rope yourself to a jagged rock

And rest there, uneasy.

 

Grimpe

 

Grimpe des corniches de roche hurlant de neige

Couronnée de spectres de glacier d’aurores,

Ou des fantômes de tsunami des fontes en arrière-pays

Qui dansent des kilomètres dans les cieux.

 

Trouve une prise ici, un point d’équilibre là-bas,

Martèle des pitons de propos dans la glace cristalline

Reflétant des visages et des lieux bien aimés,

Et exposant l’abîme qui baille en dessous.

 

Fais gaffe à ta prochaine prise !

En escalade/descente de ces lignes, chapitres, versets.

Évite cet obstacle. Déplace-toi par-là,

Vers celle qui suit, plus ou moins sûre.

 

Arrête devant celle-là.

Creuse à travers le pis de son tumulus.

Prends halte dans cette creuse,

Et l’aise que tu pourrais y trouver.

 

Mais cette creuse est dure besogne,

Même si elle résiste au hurlement du vent frissonnant

D’époques défuntes plus prolongées que la vie.

Cette percée nous en abrite, mais c’est dur besogne.

 

Grimpe ces piètres stances de rime,

Supprime les défauts, corrige au besoin,

Martèle la touche « Save »

Et tâtonne pour la prochaine prise de propos.

 

L’œuvre maître de l'ADN est une frêle cruche en argile.

Ton serpent totem endure les picotements de Dieu,

Essuie Ses brides et Ses flèches et en rit.

Ton bonheur dépend de sa jouissance.

 

Nous avons siroté le velouté sinueux

De l’argent vif qui scintille à travers l’espace-temps,

Le long des failles à coups de marteau de la création.

Ce chaos de quanta, c’est notre whisky glace.

 

Dans une paix sans fréquence,

Dans l’harmonie de sa polyphonie,

Egalement reposante, ravissante et fortifiante,

Encore plus fatale.

 

La poussière de diamant d’âmes danse à travers

Des cartes de circuit de chair, de chlorophylle, d’eau et de pierre,

Elles gisent et s’agitent en vie et dans la mort

Alors que la force vitale poursuit son chemin sans être touchée,

Ni créée ni détruite.

 

Mais grimpe, merde !

Boucle cette corde autour de ce carabinier, là !

Saisis la ligne et hisse-toi ! Hop !

Encorde-toi à une roche ébréchée 

Et prends-y repos sans aise.

 

 

NEXT/ENSUITE        POEMS/POÈMES